Dr.Loser | lundi 21 juin 2004 à 16 h 38

Thief: Deadly Shadows | NoFrag

Dr.Loser teste Thief : Deadly Shadows

Souvenez-vous de ce couché de soleil romantique sur la plage déserte, la fille était chaude comme la braise et les attouchements se sont vite transformés en préliminaires. Vous en gardez un bon souvenir malheureusement gâché par cette petite pointe de regret : ha, le sable... Si seulement vous aviez emmené une serviette. Vous êtes passé à ça de la baise idéale.Le soleil et la plage

Thief 3 reprend le moteur 3D de Deus Ex 2. Entre temps, les machines sont devenues un peu plus puissantes et le code a été amélioré, mais si Thief 3 est plus impressionnant visuellement que DE2 c'est surtout parce que le moteur est utilisé là où il excelle : dans les ténèbres. Les mauvaises langues diront que ça permet de camoufler les textures baveuses dues à la version Xbox, mais l'obscurité offre surtout la possibilité d'exploiter à fond l'éclairage dynamique qui a ENFIN une implication sur le gameplay. Seuls les crétins à l'avis pré formaté par des années à comparer la finesse des textures pourront trouver des jeux comme CoD plus beau que Thief 3.



L'architecture des cartes est réussie et vous pardonnerez les incohérences et les fausses portes quand vous visiterez des lieux comme la Tour de l'Horloge, un bâtiment tout en hauteur où balanciers et autres engrenages géants projettent des ombres spectaculaires qui bougent tout autour de vous.

La fille chaude comme la braise

Sombre et troublante, elle a toutes les chances de vous envoûter : l'ambiance de Thief 3 est au c?ur du jeu. Vous la retrouvez dans le scénario qui bascule lentement du mystère à l'horreur pour atteindre son apogée dans l'avant-dernier niveau : The Craddle est une map si terrifiante qu'elle éclipse sans peine tout ce que vous avez pu ressentir dans Silent Hill et AvP. Vous avez souvent fait des cauchemars à cause d'un jeu vidéo ? Moi c'était la première fois. Ce niveau fera passer Thief 3 à la postérité, il vaut à lui seul l'achat du jeu, on en parlera encore dans 10 ans.

La musique, les dialogues, les graphismes, tout n'est là que pour servir l'ambiance de Thief 3 qui est assurément la plus grande réussite du jeu. On en oublierait presque...

... le sable

On a tendance à dire que le gameplay est l'élément le plus important d'un jeu. Ce mot fourre tout inclut la vitesse des déplacements, l'équilibre des armes, la conception des cartes, l'utilité de l'équipement, la difficulté bref quasiment tout ce qui fait le plaisir du jeu. Pas de bol pour Warren Spector, dans Thief 3 tout est raté :
  • Les déplacements de Garrett, le héros, sont loin d'être précis à cause du body awarness qui vous oblige par exemple à finir votre pas pour vous arrêter ou à faire un léger arc de cercle afin de faire demi-tour.
  • Les armes sont bien trop puissantes et permettent de terminer le jeu en snipant tous les gardes sans problème, même au niveau le plus difficile.
  • Les cartes sont belles et finalement pas si petites mais restent trop linéaires. Elles ne supportent pas la comparaison avec celles de Thief 1 et 2.
  • L'équipement est disponible à profusion et vous passerez le jeu bardé de fioles d'huiles et de mines dont vous ne vous servirez jamais.
  • Le moteur physique est inutile, mal implémenté, et ridicule. Certaines caisses mettent des plombes à bouger, d'énormes vases s'envolent comme des fêtus de paille, et le ragdoll des ennemis est presque pire que celui de Raven Shield. Un beau raté.
  • Le mode de difficulté "expert", que vous choisirez sans doute vue la piêtre difficulté du jeu (voir ci-dessous), présente l'inconvénient de gonfler articifiellement et très péniblement la durée de vie de jeu en obligeant à retrouver presque tout le loot d'une zone.
  • Mais le plus gros défaut vient des ennemis qui ne représentent quasiment aucun danger. Il doit être possible de faire tout le jeu en courant tellement les gardes sont lents, inoffensifs et incapables de vous suivre sur plus de 20 mètres. Entassez cinq corps sur le chemin de ronde d'un garde, celui-ci va passer une minute à chercher un intrus dans le couloir où il se trouve avant de reprendre son poste comme si de rien n'était.


Vous avez déjà essayé des cheat codes ? Et bien jouer à Thief 3, c'est à peine plus passionnant que de finir Quake avec les munitions infinies. Devant le manque total de challenge, on s'invente alors des défis : on essaie de finir le jeu sans jamais utiliser une arme ou sans sauvegarder... De bien pitoyables substituts, qui suffisent à peine à rendre le jeu difficile.

Enfin, en dehors des problèmes d'I.A., le jeu contient quelques bugs peu fréquents mais particulièrement irritants, dont la palme revient à la corruption des sauvegardes, recensée de nombreuses fois sur les forums officiels, et dont j'ai fait la cruelle expérience.

Si seulement j'avais emmené une serviette

Thief 3 est l'un des meilleurs jeux d'infiltration sortis depuis des années, écrasant sans peine le très linéaire Splinter Cell 2. Vous serez happé par son scénario et son ambiance hors du commun. Plus tard, vous repenserez avec nostalgie à la frayeur que vous avez eu sur la carte The Craddle. Vous en garderez un bon souvenir malheureusement gâché par une pointe de regret... ha, la difficulté. Si seulement les ennemis avaient représenté un réel danger, Thief 3 aurait été le jeu idéal.

L'avis de tarto6tron : Thief 3 a bien des défauts, mais ils sont largement mis en retrait par rapport au couple ambiance/gameplay du jeu. S'il n'est pas aussi excellent qu'on l'aurait espéré, il reste un très bon jeu, tout à fait recommandable. Et contrairement à niCO, je ne vois pas Thief 3 aussi linéaire que ça, en particulier vis à vis des productions actuelles : la plupart des lieux à explorer a une certaine cohérence, et vous aurez souvent tout loisir de choisir votre progression.

L'avis de Ttask : Thief 3 dispose d'une ambiance étonnante, de graphismes très jolis (mais le moteur est extrêmement gourmand), d'un scénario pas trop chiant, mais souffre vraiment d'un gameplay console : les cartes semblent conçues pour qu'un voleur s'infiltre ce qui casse l'immersion, il y aura toujours un chemin à peine masqué pour finir les niveaux (beaucoup trop petits) sans risque. Le jeu est donc très linéaire, dans son histoire comme dans les phases de gameplay, mais efficace et accrocheur.



Pour des détails barbants sur le scénario, les armes, l'IA, le commerce dans la ville, le crochetage ou encore le moteur physique, voici quelques tests :Le mieux étant encore de télécharger la démo (450Mo).

Et surtout, n'oubliez pas de patcher le jeu sous peine de ne pouvoir profiter de l'IA.

Note : tous les screenshots ont été éhonteusement récupérés sur les sites de l'autoroutes de l'information.
Lire les commentaires...